Les oiseaux sont légers,

ils se laissent porter par le vent, planent dans les airs.

Ils transforment le vide en matière,

en fluide, pour s’y mouvoir. Ils apprivoisent l’air.

Ils traversent le rien.

Les oiseaux volent parfois en groupe

et parcourent des distances inimaginables.

D’autres oiseaux peuvent se joindre à eux et densifier

le nuage vivant qu’ils forment.

Ils arpentent alors les autres nuages,

ceux des paysages célestes.

Les oiseaux sont des animaux millénaires.

Les premiers à conquérir le ciel.

Ils sont aussi parmi les premiers architectes.

Ils empilent, tressent, entremêlent

les matières végétales pour vivre,

sur-vivre par instinct.

Les oiseaux pondent des œufs.

Fabriquent une coque pour protéger

et développer la vie de façons externes.

Ils couvent, attendent la naissance,

et accompagnent jusqu’à l’envol.

Les oiseaux prennent de la hauteur.

Voir le monde en plan permet la vision d’ensemble.

Les hommes sont des fourmis.

Les flux de déplacements sont des rivières.

Les bâtiments sont des masses,

les forêts des nuages.

Les oiseaux sont libres.

Vus par les yeux d’homme, ils sont l’allégorie

de la liberté, car les oiseaux s’affranchissent

de la gravité, des lois de déplacement

et déforment les notions de distance…

à vol d’oiseau.